Palimpseste

Le 7/02/2016 Orchestre Philharmonique Royal de Liège

Michèle Noiret

À 16 ans, Michèle Noiret inscrite à l’école Mudra, fondée par Maurice Béjart, rencontre Karlheinz Stockhausen, pionnier de la musique électronique, dont elle devient l’interprète virtuose. Lors de sa création en 1997, Solo Stockhausen naît de la volonté d’exprimer sur scène l’influence du compositeur sur l’écriture chorégraphique de la soliste. Sur la partition Tierkreis traitant les signes du Zodiaque, Michèle Noiret danse en toute liberté sur la fantaisie du maestro. Aujourd’hui, elle retravaille Solo Stockhausen lors d’un retour brillant à l’art vivant, sans artifices, seule la musique et son talent d’interprète sont l’objet de ce moment suspendu dans la magnifique Salle Philharmonique de Liège. Pour la première fois en Belgique, Michèle Noiret danse sur six signes zodiacaux interprétés en live par les musiciens (clarinette et piano), qui, en guise d’introduction à ce solo dansé, joueront la totalité de la partition, soit les 12 signes. Et que le sublime soit !

Conception, chorégraphie et interprétation Michèle Noiret

Musique Karlheinz Stockhausen, « Tierkreis » pour clarinette et piano, interprété par Hannah Morgan (clarinette) et Thomas Besnard (piano)

Scénographie Xavier Lauwers et Michèle Noiret

Lumières Xavier Lauwers

Costumes Azniv Afsar, Michèle Noiret

Photographies Sergine Laloux

Production Compagnie Michèle Noiret/Tandem asbl.

Coproduction et résidence Scène nationale 61, Alençon.

Réalisée avec l’aide du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Service de la Danse.

La Compagnie Michèle Noiret bénéficie du soutien régulier de Wallonie-Bruxelles International.