Bérénice

La Caravane Bérénice

En 2017, trois projets artistiques de la Grande Région questionnant les notions d’exil et de discrimination ont été sélectionnés et coproduits par le réseau Bérénice. Cette année, ces trois spectacles partent en itinérance sur les routes de la Grande Région, sous forme de mini-festival : la Caravane Bérénice.
À l’occasion du week-end de son désormais traditionnel « picnic urbain », le Théâtre de Liège accueille deux de ces trois spectacles au cours de deux soirées composées.
La compagnie liégeoise le CORRIDOR adapte dans Patua Nou une coutume du Bengale, celle des patachitras : un long rouleau de récits de vie illustré, chanté, qui relate l’histoire réelle de personnes exilées, habitants en Grande Région. Ce spectacle déambulatoire dans la ville nous emmènera retrouver la compagnie lorraine Pardès rimonim avec Après les ruines : sous les vibrations d’un violoncelle, nous explorerons le sentiment à la fois intime et universel de l’exil d’après des témoignages recueillis en collège, foyer et centres d’accueil.
Parallèlement, le Théâtre de Liège accueillera en son sein une exposition retraçant le travail en atelier effectué ces derniers mois avec des personnes en exil ou en situation de discrimination et les artistes Ayelen Parolin, Frédéric Ghesquière, Loïg Kervahut, Ferdinand Despy, UBIK Group et la compagnie Paulette Godart.

Avec _le Festival Passages à Metz (fr) _l’Association Metz en Scènes (fr) _le Théâtre de Liège (be) _le Trier Theater (de) _ l’Association culturelle Chudoscnik Sunergia d’Eupen (be) et avec le soutien de l’Abbaye de Neumünster (lu), du Festival Perspectives (de), de l’Association Scènes et Territoire en Lorraine (fr) et du CRILUX (be)

Bérénice, un réseau d’acteurs culturels et sociaux en Grande Région pour lutter contre les discriminations.

 

Bérénice est un réseau d’acteurs culturels et sociaux mis en place en Grande Région (Lorraine, Luxembourg, Sarre, Rhénanie-Palatinat, Wallonie, Communauté germanophone de Belgique) afin de lutter contre les discriminations. Ce réseau réunit plusieurs partenaires, dont l’association Passages (Metz) qui en est le chef de file, ainsi que l’EPCC Metz en Scènes, le Théâtre de Liège, le Trier Theater (Théâtre de Trèves, Allemagne) et le Chudoscnik Sunergia d’Eupen.

 

C’est dans l’optique d’interroger les innovations qui permettent de repenser l’art et la culture comme moyen de relier les peuples que le projet Bérénice a été conçu. Ce dernier rassemble des institutions comme des festivals, des lieux de création, des associations, tous convaincus que la culture et le spectacle ont un rôle primordial à jouer dans l’inclusion sociale. Ces institutions souhaitent se rapprocher davantage du champ social afin d’inventer, d’innover et d’expérimenter de nouvelles façons d’honorer la diversité culturelle, de renforcer la compréhension mutuelle et de lutter contre toutes les formes de discriminations.

 

Les différents pays transfrontaliers n’ont pas la même approche ni la même définition concernant les questions d’identités, de champ social, de communautés et de migrations. S’inscrire dans une approche transfrontalière, c’est permettre aux différents partenaires de se regrouper pour trouver des solutions communes, de mutualiser les moyens humains et financiers pour innover, inventer et expérimenter de nouvelles approches en matière d’actions culturelles inclusives. C’est aussi permettre aux artistes de la Grande Région de s’inscrire dans une démarche de création transfrontalière et de se développer à l’international.

Trois actions sont mises en place autour de ce projet: le label Bérénice, Bérénice Factory et la Caravane Bérénice.