Clair obscur

Le 22/02/2018 Ancien Abattoir / Eupen

Saïd Gharbi {Brussels}

Pour tous à partir de 10 ans, accessible aux spectateurs déficients visuels.

 

Saïd Gharbi, acteur et danseur, a perdu l’usage de la vue à l’âge de quatorze ans. Comment vivre avec la cécité ? Quelle est la part aveugle qui somnole en chacun de nous ? Épaulé par le metteur en scène Ivan Vrambout, l’artiste pioche dans sa biographie et élabore un spectacle magnifique qui, cumulant théâtre et danse, nous pilote, sans langue de bois, dans le royaume des non-voyants. Parcouru d’une douce poésie et de nobles messages, Clair obscur houspille notre rapport aux apparences dans un monde où, en voulant faire la lumière sur tout, on ne distingue plus rien du tout. Saïd Gharbi nous initie à l’expérimentation de l’espace au travers des bruits qui le peuplent. Cette escapade esthétique et sensorielle déboussole nos repères afin d’exacerber notre perception du réel. Dans l’obscurité, la lumière est ailleurs. On peut discerner tant de choses quand on ferme les yeux.

 

LE CHORÉGRAPHE

Né à Tanger au Maroc, SAÏD GHARBI s’installe en Belgique avec sa famille à la fin des années ’60. Devenu aveugle à l’âge de 14 ans, Saïd rencontre Wim Vandekeybus/Ultima Vez  en 1992 alors qu’il étudie à la Ligue Braille. Ce dernier est à la recherche d’acteurs/danseurs non-voyants pour l’une de ses productions. Après de nombreuses collaborations avec Vandekeybus, il fonde Les BGM, compagnie de danse de Bruxelles, en 2001. Saïd collabore dans d’autres compagnies belges et étrangères où il joue et danse dans des productions. Depuis 1993, Saïd  sillonne l’Europe en jouant dans des productions internationales.

Saïd a participé à plusieurs spectacles du chorégraphe belge Wim Vandekeybus de la compagnie Ultima Vez entre 1993 et 2001. Lors de son passage à Paris, au Théâtre de la Ville, la presse a été unanime pour reconnaître l’immense présence Her body doesn’t fit her soul.

Dans cet univers où tout est violence, Saïd Gharbi apporte la douceur et la fluidité du geste. C’est lui, le non-voyant, qui éclaire le spectacle, le poétise, le guide, impulsant le rythme par des mouvements qui lui sont propres.

La force de ce spectacle, confie Wim Vandekeybus, tient au mystère, à l’insaisissable. En fait, Saïd est le point central à partir duquel partent toutes les lignes. Je suis fasciné par son aura. II a l’intensité de ceux qui doivent s’habituer à vivre sans la sécurité qu’apporte le facteur visuel.

 

Les gens me disent : Monsieur, il faut absolument que je vous accompagne. Attention, il y a des escaliers ! Voulez-vous que je vous porte ?… Je m’appelle Saïd Gharbi. Je suis danseur et comédien. À l’âge de 14 ans, j’ai perdu la vue. Les escaliers, je les dévale à tout va… Ce spectacle écrit avec le metteur en scène, Ivan Vrambout, questionne le noir sous toutes ses couleurs : Comment vivre avec la cécité ? Quelle est la part aveugle qui sommeille en chacun de nous ? Vous voyez, ce que je veux dire ?

Quand on voit, on bouge par rapport à quelque chose ou quelqu’un d’autre. Mais quand on est aveugle, on bouge par rapport à ce qu’on ressent à l’intérieur.

Saïd Gharbi

Concept, jeu, danse Saïd Gharbi

Mise en scène Ivan Vrambout

Partenaire du jeu Ibrahim Tamditi alias Scott

Création lumière Koen Van Der Meersche

Création son Laurent Taquin et Mathias Janssens

Production Les BGM asbl

En pratique

Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
55'
  • 20:00 jeudi 22 février
Ancien Abattoir / Eupen Voir la carte Masquer la carte
Chargement de la carte....
  • Tarif plein 12 €
  • 65ans et+ 8 €
  • -30ans 8 €
  • Abo 5 spectacles 7.85 €
Réserver