Philostory

Le 5/03/2018 Théâtre de Liège

On n’arrête jamais de se demander comment faire pour vivre ensemble.
On n’arrête jamais d’essayer de communiquer, en dépit de (ou à travers) nos différences.
Comment construire un espace commun ? Quelles normes sociales déterminent cet espace ?
Et quels types d’expérience ces normes permettent-elles ?

 

Loin de n’être que des animaux bavards qui se cachent derrière leurs plumes, les philosophes savent aussi se mouiller, analyser des situations, déconstruire des représentations, en créer de nouvelles et travailler à mettre en relief les problématiques de notre époque. La saison 2017-18 sera l’occasion de nouvelles expériences de pensée entre artistes et théoriciens : on montrera comment l’espace de la scène active transforme et met en relief des concepts essentiels de la philosophie (le temps, l’image, l’autre, la violence, la crise).

 

 

PHILOSTORY Lundi 5 mars à 19h- Salle de l’œil vert –Théâtre de Liège

 

Autour du spectacle de Clément Thirion :

« Mouton noir » (Alex Lorette)

Avec Grégory Cormann, Jérôme Englebert, Antoinette Rouvroy & Clément Thirion.

 

« Il est difficile de juger à quel moment nous sommes exactement au bout de notre espérance » (Montaigne).

 

Que peut la philosophie face aux situations de détresse telles que celle racontée par Alex Lorette dans Mouton noir (harcèlement scolaire et suicide) ? On partagera avec la mise en scène de Clément Thirion un même réflexe : complexifier. Non pas tenter d’expliquer le geste du suicide, qui se dérobe nécessairement à notre raison – lui trouver une cause serait d’ailleurs un ultime acte de violence – mais lui restituer sa complexité. Penser autrement l’inadaptation supposée de celui qui met fin à sa vie. Ne pas cacher la violence sociale derrière la seule fragilité psychologique. Exposer la diversité des formes de violence (y compris la violence possible/involontaire de celui qui « prend soin »). Interroger le harcèlement et les modalités nouvelles qu’il prend dans la « société numérisée ». Sortir de l’alternative du bourreau et de la victime.

 

Mouton noir est une pièce qui appelle la réflexion sur les rapports de l’individu au groupe humain, familial ou sociétal, et sur la violence qui peut innerver ces rapports. Comment survit l’élément différent dans le groupe ? Peut-on parler de mauvaise adaptation à la vie sociale ? Quelles sont nos capacités à s’accorder aux autres ? Où trouver des lignes de fuite ; comment développer des stratégies de sortie ? Le paysage dans lequel évolue Camille, l’adolescente de 15 ans dont Mouton noir retrace la trajectoire, laisse apparaître plusieurs formes de violence. L’agression directe et tenace du harcèlement par les pairs. Mais aussi la violence possible de formes d’attention (ou même de soin) qui s’avèrent toxiques alors qu’elles sont apparemment saines. La bienveillance insistante – de la mère de Camille, par ex. – produit parfois des effets contraires aux intentions. La mise en scène de Clément Thirion entend ne pas donner au spectateur l’occasion de pointer du doigt avec certitude un coupable. Pour ne pas recourir avec trop de facilité au schéma explicatif bourreau/victime, il faut poser toutes les questions : Qui est responsable de la violence et de la cruauté qui parait s’exercer de manière exclusive et acharnée sur un individu ? Quelle est la part de responsabilité qu’on peut faire endosser à la personne exclue ? Quelle nouvelle économie des rapports – et quel cadre pour la violence – engage la société numérisée ?

 

« Il restera toujours une part d’énigme. On invoquera tel ou tel écueil d’une histoire singulière, un chagrin d’amour, un échec cuisant, une humiliation ou une douleur insupportable. En sachant bien que cela ne suffit pas. Car tous les abandonnés, les humiliés, les désespérés ne se donnent pas la mort, on le sait bien. On supposera alors une fragilité et on cherchera du côté de la psychologie, de la psychanalyse ou de la psychiatrie, un trait, une faille, un trauma, voire une pathologie. Toutefois, là encore, il est bien évident que tous les dépressifs, les traumatisés, les souffrants ne mettent pas fin à leurs jours (…). Néanmoins, les proches tenteront inlassablement de trouver une raison, fût-elle de déraison. Et souvent, comme mes parents, ils s’en voudront de n’avoir pu anticiper et changer le cours des choses (…). Quelque chose en moi s’insurge contre le fait d’analyser un suicide, de lui trouver une cause, et plus encore une seule. Car il me semble que c’est faire violence à la personne qui a décidé de mettre fin à sa vie. Une violence d’autant plus grande qu’elle n’a plus voix au chapitre. C’est oublier la complexité de son histoire et nier cette part de liberté dans ce qui demeure un choix, fût-il sous très forte contrainte » (Nicole Lapierre, Sauve qui peut la vie, 2015).

 

Débat sur plateau animé par Maud Hagelstein avec Grégory Cormann (philosophe), Jérôme Englebert (psychologue), Antoinette Rouvroy (chercheuse en droit) et Clément Thirion (metteur en scène).

 

Conception : Maud Hagelstein ( FNRS / ULiège ) Théâtre de Liège

P.A.F 5€ : Gratuit pour les détenteurs d’un ticket pour le spectacle Mouton Noir

 

 

Textes :

 

Antoinette Rouvroy :

https://www.academia.edu/20138015/Les_algorithmes_entre_tyrannie_du_réel_et_exigences_de_justice

 

Jérôme Englebert :

https://www.academia.edu/28640877/La_personnalité_antisociale_antithèse_de_la_psychopathologie

 

Grégory Cormann :

http://journals.openedition.org/quaderni/803

https://www.academia.edu/28640867/Phénoménologie_de_l_électrochoc_Une_reprise_du_cas_Jonas

 

Conception : Théâtre de Liège, Maud Hagelstein (FNRS/ULg)

 

Les conférences débutent à 19:00

P.A.F 5€ / Gratuit pour les détenteurs d’un ticket pour le spectacle

Réservation auprès de la billetterie du Théâtre

En pratique

Décembre 2018
lunmarmerjeuvensamdim
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6
  • 19:00 lundi 05 mars
Théâtre de Liège Voir la carte Masquer la carte
Chargement de la carte....
  • Tarif unique 5 €
  • Gratuit pour les détenteurs d’un ticket pour le spectacle
Réserver