De-Apart-Hate

Du 1/02 au 02/02/2018 Salle de la Grande Main

Mamela Nyamza {Cape Town}

Avec ce duo, que Mamela Nyamza compose elle-même aux côtés d’Aphiwe Livi, la chorégraphe sud-africaine pose un acte brut, osé qui guillotine la catégorisation, les préjugés et les limites en tous genres. Son art performatif moissonne la douloureuse histoire de l’Afrique du Sud et sonde le mal-être des Noirs qui, un quart de siècle après la naissance de la nation arc-en-ciel, pansent toujours leurs plaies. Mamela Nyamza impute à la religion la perversité de l’oppression et de la division qui infiltre son peuple meurtri. De son analyse sans concession du christianisme, comme vecteur de domination et d’exploitation, émane une sourde violence. Sur des chants  rythmiquement contagieux, les protagonistes sillonnent la réalité multi-identitaire de l’Afrique australe qui s’asphyxie dans une conjoncture délétère. Une danseuse sublime qui en a sacrément sous le chausson !

 

Première belge

 

LA CHORÉGRAPHE

MAMELA NYAMZA est chorégraphe, danseuse et militante pour les droits de l’Homme. Elle est née et a grandi dans les environs du Cap, elle a étudié le ballet à la Tshwane University of Technology. Elle a également été formée à la Alvin Ailey New York School of Dance ainsi qu’à la University of Cape Town (UCT). Les travaux de Nyamza sont souvent autobiographiques et questionnent les normes et les frontières de la danse classique. Les questions socioculturelles et sociales qui touchent son Afrique du Sud natale l’intéressent tout particulièrement et se ressentent dans nombre de ses performances. En 2011, elle a été désignée par la Standard Bank comme jeune artiste de l’année. En 2016, elle a obtenu l’award sud-africain IMBOKODO dans la catégorie danse. En parallèle à ses travaux chorégraphiques, Mamela Nyamza s’implique également dans la formation de jeunes danseurs et danseuses, s’engage pour la défense des droits de l’Homme et les droits des femmes et est également conseillère pour le South African National Arts Council (NAC).

À travers sa mise en scène de De-Apart-Hate, Nyamza remet en question la priorité de la « nation arc-en-ciel » dans le contexte des réalités actuelles dans le pays.

 

LA PRESSE EN PARLE

La chorégraphe sud-africaine a présenté un numéro qui revisite le mal-être des Noirs 23 ans après l’alternance à la tête de la nation arc-en-ciel. Avec un aplomb et une clarté déconcertante et qui renseigne sur les tensions actuelles qui risquent de mettre à mal un équilibre pourtant salvateur pour ses compatriotes.

Un acte brut, osé et peut-être malsain pour quelque puriste mais qui a le don de choquer et de donner une position claire sur le propos chorégraphique d’une artiste qui en a sous la semelle.

Afrique du Sud : Mamela Nyamza scrute la vie postapartheid dans une chorégraphie osée

https://thisisafrica.me/fr/2017/06/19/afrique-sud-mamela-nyamza-reproduit-vie-postapartheid-choregraphie-osee/

Conception, création et chorégraphie Mamela Nyamza

Interprétation Mamela Nyamza et Aphiwe Livi

Lumières et espace Buntu Thyali

Musique & arrangements Chanteuse Oyama Mbopa / Indumiso 84, hymne de l’Église presbytérienne sud-africaine & chant de protestation Asephelelanga (ANC)

Costume Shiba Sopotela

En pratique

Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
60'
  • 21:00 jeudi 01 février
  • 21:00 vendredi 02 février
Salle de la Grande Main Voir la carte Masquer la carte
Chargement de la carte....
  • Plein tarif 12 €
  • 65ans et+ 8 €
  • -30ans 8 €
  • Abo 5 spectacles 8 €
Réserver